LES CLÉS D’UNE NOUVELLE VIE QUI DÉMARRE !

LES CLÉS D’UNE NOUVELLE VIE QUI DÉMARRE !

Découvrons ensemble les 5 piliers d’une retraite sereine : préserver son capital santé, entretenir ses ressources intellectuelles, prendre soin de ses relations affectives, rester socialement actif, travailler sur soi. C’est parti pour la nouvelle aventure de votre vie !

ACTION N°1 : PRÉSERVER SON CAPITAL SANTÉ

La prévention après 60 ans est surtout une démarche indivi- duelle. Il importe de se préoccu- per de sa santé en respectant des règles de vie simple. L’objectif étant de vieillir le plus sereinement possible.

❚ SURVEILLER SA SANTÉ 

Cela veut dire être suivie par son médecin traitant toute l’année et faire des bilans de santé réguliers. Cela implique également de se faire vacciner contre la grippe, de prévoir des dépistages des cancers du sein de de l’utérus, d’aller chez son gynécologue et son dentiste au moins une fois par an.

❚ AVOIR UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE 

Avoir une activité physique ne signifie pas forcément faire du sport ou des exercices complexes. C’est avant tout bouger suffisamment chaque jour. Les bienfaits de l’activité physique sur la santé sont nombreux : Restaurer ou développer ses capacités fonctionnelles et entretenir ses capacités intellectuelles, rester autonome, optimiser sa qualité de vie. C’est également un moyen de faire de nouvelles rencontres, de se divertir, de se sentir plus détendu(e) et d’améliorer la qualité de son sommeil.

RESPECTER LA RÈGLE DES TROIS R !

La pratique d’une activité physique doit être « Raisonnée » (avis médical préalable, exercice modéré et prolongé), « Régulière » et « Raisonnable » (commencez par des séances courtes et augmentez progressivement la pratique).

❚ BIEN MANGER AU QUOTIDIEN

Avec l’âge, le corps change. Après 60 ans, la masse musculaire tend à diminuer, la masse graisseuse augmente et la quantité d’eau de l’organisme s’appauvrit. Celui-ci absorbe moins bien les protéines, principaux constituants des muscles, ainsi que le calcium et la vitamine D. En mangeant correctement, vous limitez la fonte de vos muscles, vous gardez des os solides et maintenez en bon état votre système de défense immunitaire ainsi que votre peau. Bilan : moins de chutes, de fractures et d’infections et une meil- leure cicatrisation des plaies !

ACTION N°2 : ENTRETENIR SES RESOURCES INTELLECTUELLES

Une seule certitude : notre cerveau ne s’use que si l’on ne s’en sert pas ! Concernant les activités dites « intellectuelles », il existe des démonstrations en faveur des ateliers stimulant la mémoire, la logique ou la réflexion, qui diminueraient les risques de développer des maladies neurodégénératives en vieillissant. Deux grandes hypothèses dominent concernant les facteurs de protection : la réserve cognitive (plus on a développé ses réseaux neuronaux, plus l’apparition de symptômes serait retardée) et la prévention des lésions vasculaires. Les préconisations la réserve cognitive de développer l’activité cérébrale et pour les lésions vasculaires un bon contrôle de la glycémie, de l’hypertension artérielle et du cholestérol.

ATTENTION !

Il est recommandé de pratiquer chaque jour une activité physique d’intensité modérée, pendant 30 minutes environ. La marche rapide en pleine nature est idéale pour tous et à tout âge !

4 PARAMÈTRES POUR BOUGER

L’activité physique est caractérisée par quatre paramètres : nature (endurance, force, assouplissement), intensité (niveau d’effort), durée (temps), fréquence (périodicité, nombre de fois).

4 RÈGLES D’ÉQUILIBRE ALIMENTAIRE

1. Adapter sa consommation à ses besoins.

2. Répartir la ration quotidienne. Quels que soient les activités et le mode de vie, maintenir un rythme alimentaire de trois repas par jour. Y ajouter un goûter ou une collation permet de bien répartir les apports dans la journée.

3. Il est également important de se peser régulièrement, le poids étant un indicateur majeur de votre état de santé.

4. La ration alimentaire journalière doit être équilibrée (quantité et qualité), diversifiée et variée.

11 CAPACITÉS INTELLECTUELLES

CONSEILS À SUIVRE

❚ Jouer à des jeux de réflexion comme le scrabble, le sudoku ou les échecs car la logique est un bon moyen d’exercer ses fonctions cérébrales.

❚ Rencontrer du monde. Les contacts sociaux stimulent.

❚ Se passionner pour quelque chose, car cultiver et transmettre son savoir sont des moyens gratifiants de s’exercer.

❚ Bouger tous les jours car le sport, même moyennement intense, permet de garder l’esprit comme la forme.

❚ Inverser sa gestuelle de temps en temps en utilisant par exemple votre main gauche si vous êtes droitier. Cela fait fonctionner votre cerveau différemment et lui fait garder sa vivacité.

❚ Dormir 7 h par nuit car le sommeil a des bienfaits sur la mémoire.

❚ Rester serein. Le stress produit une hormone, le cortisol, mauvaise pour la mémoire.

❚ Manger équilibré pour donner à votre cerveau tous les nutriments dont il a besoin pour fonctionner.

12 idées pour aller de l’avant 

1. Réaménager son cocon chez soi

2. Changer de coupe de cheveux

3. Renouveler sa garde-robe

4. Jeter tout ce qui est devenu inutile

5. Relancer son tissu relationnel

6. Démarrer de nouvelles activités spor- tives & ludiques

7. Dire oui à toutes les nouvelles proposi- tions et rencontres

8. Réapprendre à sortir

9. S’inscrire dans des associations, des clubs, des groupes

10. En profiter pour voyager en France et à l’étranger

11. Apprendre à se servir d’internet & des réseaux sociaux

12. Se lancer dans un vieux rêve : reprendre des études, apprendre une langue étrangère, faire de la danse, s’ins- crire dans une chorale, s’occuper d’asso- ciations caritatives ou humanitaires…

ACTION N°3 :

La solitude et l’isolement constituent un vrai terreau pour les maladies et une forme de déprime à l’âge de la retraite. Même si vous vivez seule, vous devez donc absolument entretenir une vie familiale, amicale, sociale, parler à des gens tous les jours (commerçants, professions médicales…), vous faire plaisir en adoptant un ani- mal de compagnie, sortir de chez vous le plus souvent possible, adhérer à des associations et des clubs. Bien en- tendu, s’occuper de ses petits-enfants est essentiel, mais pas seulement. Vous ne devez pas vous transformer en nounou pour autant.

ACTION N°4 : RESTER SOCIALEMENT ACTIF

Toutes les activités (y compris de loisirs) participent à procurer de la joie de vivre et à préserver une bonne mémoire à condition qu’elles soient réalisées sans stress et qu’elles constituent une source de plaisir. Il existe de multiples études qui montrent que les personnes ayant des activités de loisirs stimulantes, comme le tricot, le jardinage, le bricolage, la lecture, ont un déclin des fonctions cognitives moins important que les personnes n’ayant pas ou peu d’activités de loisir.

ACTION N°5 : TRAVAILLER SUR SOI

Si toutes les autres clés vous permettront de vous maintenir en pleine santé physique et morale, la cinquième est garante de votre équilibre psychologique et de votre sérénité pour utiliser au mieux le temps qui vous est enfin donné de penser à vous.

❚ S’AIMER, LA BASE

S’aimer n’a absolument rien d’évident. La comparaison de la construction de la personne et de la construction d’une maison est assez courante : la solidité des fondations est la base sur laquelle tout repose. Dans le cas de cette estime de soi qui va permettre d’aller de projet en projet, il en va de même. Cette solidité originelle et fondatrice d’estime de soi permet d’avoir aussi confiance en la vie globalement. Quel que soit le nom qu’on lui donne, amour de soi, bienveillance, confiance, estime, peu importe, tout le monde ne part pas avec les mêmes armes dans le combat qu’est la vie. A l’âge de la retraite, parce qu’on se sent moins actif, moins utile, plus vieux et plus transparent, il arrive que l’on perde confiance et estime de soi. Il faut donc inverser le processus par un vrai travail sur soi en profondeur. Chacun a une propension naturelle vers une vision optimiste ou pessimiste de la vie. Et la bienveillance envers soi-même n’est pas partagée par tous. Lorsque l’on se sent soudainement à l’arrêt, pour continuer à progresser ou simplement ne pas reculer, il suffit d’y travailler.

❚ LES DIFFÉRENTES APPROCHES POSSIBLES

Globalement, le choix se fait entre deux types d’approches :

1. Agir par la tête pour apaiser le corps,
2. Agir sur le corps pour calmer le mental.

A chacun son tempérament et sa façon d’aborder sa recherche de mieux être. Et même si l’on sait que l’un ne va pas sans l’autre, une préfé- rence peut subsister.

❚ LES RELIGIONS ET LA SPIRITUALITÉ

La quête du spirituel a toujours été l’une des solutions adoptées par cer- tains pour accéder au bonheur, ou du moins à l’apaisement et donc au bien-être, voire au bonheur. Cela se fait parfois à l’occasion d’un deuil ou d’une épreuve, voire même de la retraite, mais aujourd’hui l’intérêt pour les religions est souvent d’un autre ressort. Le désir de trouver la paix, la sérénité, la recherche de valeurs mènent à l’étude approfondie des religions et philosophies de vie, telles que le bouddhisme et d’autres religions asiatiques. Ce sont clairement les grandes valeurs universelles parfois oubliées qui reviennent ainsi à la surface, telles que l’entraide, la solidarité, la compréhension, portées par l’amour, la charité. Dans le même ordre d’esprit, d’autres se consacrent à des causes humanitaires ou s’en- gagent dans des associations pendant un temps limité. Une autre façon de reconnaître que les fameuses BA font du bien au cœur et à la tête.

❚ LA CONNAISSANCE DE SOI

Souhaiter avancer dans sa nou- velle vie sous-entend savoir dans quelle direction se diriger, et pour cela la connaissance de soi est in- dispensable. Pour certains, il suffit parfois de simples ajustements, pour d’autres, il s’agit de véritables changements. L’introspection peut mener loin, jusqu’à souhaiter changer complètement de vie. Une consultation chez un psychologue peut souvent aider à cerner ses désirs inconscients ou ses frustrations. « Deviens ce que tu es » disait Nietzche.

❚ LE RETOUR AU NATUREL

Si l’on préfère la seconde approche, plus physique, il est possible de com- mencer par travailler sur son corps. L’alimentation est le moyen le plus simple et concret de parvenir à une meilleure satisfaction. En mangeant sain, on se fait du bien et l’on tire une petite fierté d’être raisonnable, de parvenir à maîtriser sa vie à nouveau. Cette nouvelle bonne conscience nous permet de nous sentir plus légers, au propre comme au figuré. En se sentant mieux physiquement, l’en- vie revient de retrouver une énergie oubliée, génératrice d’optimisme. Au- delà de l’aspect diététique, d’autres éléments envahissent aussi notre vie au niveau de l’esthétique du corps. Une évolution purement physique qui permet de retrouver une vie sociale parfois délaissée ou une joie de vivre oubliée.

❚ LES DISCIPLINES PHYSIQUES

L’une des voies les plus souvent empruntées pour retrouver son chemin est la reprise d’une activité physique. Faire bouger son corps entraîne une série de phénomènes en chaîne, y compris chimiques, au sein de notre organisme. Ces nouvelles sensations procurent une vraie satisfaction de soi. Aujourd’hui, nous sommes presque tous à même de suivre une discipline, justement parce que notre choix ne se situe plus entre aérobic et jogging. Des activités classiques et traditionnelles telles que natation ou cyclisme sont toujours d’actualité, mais on peut aussi choisir yoga ou Feldenkreis, Pilates, cours de danse, ou encore shi tsu ou taï chi. Le sport, régulier, permet de retrouver non seulement une meilleure forme, une nouvelle maîtrise et conscience du corps, mais aussi une vraie satisfaction à reprendre son destin en main, à faire des efforts dans un but positif. Aimer à nouveau son corps permet d’avancer naturellement en âge.

ROSELYNE BACHELOT

« Bien dans son âge ! »

Avec Roselyne Bachelot, vieillir n’est pas un drame, mais une étape à franchir en regardant la vie autrement, de manière positive et avec humour.

« Etre au top de sa forme après 60 ans, ça se prépare toute sa vie ! Et c’est vrai que j’ai particulièrement travaillé sur l’importance de la prévention quand j’étais ministre de la Santé. En France, les femmes sont bien suivies tout au long de leur vie par leur médecin traitant, des examens réguliers et, à défaut au moins une fois par an, par la médecine du travail. Le problème, c’est qu’après
la ménopause et quand vient la retraite, on est encore en forme et on ne fait plus trop attention à toutes ces petites infirmités, ces petits empêchements comme une vue et une ouïe qui baissent, l’arrivée de troubles musculo-squelettiques, des problèmes de dos ou de sommeil… tout ce qui peut nous mener peu à peu vers la dépendance. Le problème, c’est que si l’on mange moins bien, que l’on ne fait pas d’exercice physique et intellectuel, et qu’on s’isole de plus en plus, on peut facilement passer à des troubles neuro- dégénératifs plus profonds. L’anniversaire de nos soixante ans peut, si nous le décidons, ouvrir un quart de siècle marqué par la liberté, l’accomplissement de soi et l’ouverture aux autres.»

❚ DONNER DU SENS À SA VIE

Il y a en effet dans la vie des moments, des caps comme la retraite où, poussés par les événements, par le besoin de prendre du recul, nous nous interrogeons : « Pourquoi, pour qui je vis ? Que faire pour que ce temps sur terre vaille vraiment la peine ? » A chacun ses réponses, son rapport au quotidien, à la spiritualité et à sa propre finitude. Quoi qu’il en soit nous avons tous besoin un jour ou l’autre de trouver ou de donner un sens à notre existence pour qu’elle soit la plus riche possible. Cette quête spirituelle répond généralement à trois besoins : la présence à soi, la présence à l’autre, la présence au « Tout Autre ». Ces trois voies ou entrées dans la vie spirituelle méritent d’être articulées, sinon elles nourrissent un risque d’en- fermement. En effet si « la présence au Tout Autre (Dieu) » au travers d’une religion est la seule motivation, il existe un risque de vie spirituelle désincarnée. Si « la présence à soi (l’intériorité) » est la seule motivation, il existe un risque de repli sur soi-même. Si « la présence à l’autre (dans l’engagement ou l’action) » est seule, il y a le risque de se limiter à une idéologie et de tomber dans la désillusion.

❚ UN CHEMINEMENT INDIVIDUEL

Encore faut-il savoir ce que l’on entend par « quête spirituelle » ou « che- min intérieur ». Pour le sociologue François Barbier-Bouvet, il s’agit « d’une construction individuelle qui requiert une profonde connaissance de soi, condition d’une libération personnelle, qui se passe d’intermédiaires et qui relie au monde, à l’univers, au grand tout ». La spiritualité n’est pas un système religieux ou une philosophie culturelle. Elle est une fonction naturelle vivante de l’être humain. Elle est indépendante de toute croyance, religion ou dogme. Le but de toute spiritualité est l’Eveil, c’est-à-dire demeurer dans une paix intérieure stable et profonde, quoi qu’il se passe pour le corps et le cerveau, et pour le mental et l’émotionnel.

❚ UNIFIER LE CORPS, LE MENTAL ET L’ESPRIT

La grande majorité des recherches scientifiques sur l’influence de la spiritualité pour la santé appuient l’idée que les valeurs spirituelles et les buts de la vie apportent une contribution indéniable à la santé physique et psychique, ainsi qu’à la satisfaction de vivre. Ce qui explique le développement actuel d’une médecine alternative holistique et de pratiques bienfaisantes pour la santé comme la méditation et le yoga, dont l’objectif est de relier, d’unifier le corps, le mental et l’esprit.

DU TEMPS POUR RENAÎTRE À SOI

Oui, l’âge de la retraite peut et doit être une véritable renaissance ! Pour cela, il suffit d’utiliser ce temps qui nous est donné pour vivre enfin pleinement, en étant dégagé de nombre de contraintes du passé. Faites un plan d’action : imaginez de nouvelles rencontres, de nouvelles activités, de nouveaux projets. L’essentiel, c’est de se faire plaisir pour faire de ses années de maturité, des années de joie et de bonheur gagnées !

CHRISTINE JORDIS

« La plus belle aventure de votre vie »

Membre du Prix Femina et auteure de nombreux livres à succès*, Christine Jordis nous donne ses clés du bien vieillir.

« Beaucoup de mes amis vivent leur retraite comme une mise à mort. Et d’ailleurs, nous connaissons tous autour de nous des personnes qui sont mortes un à deux ans seulement après avoir pris leur retraite. La perte d’activité, la perte d’un rôle social est souvent ressentie comme un grand vide difficile à combler. Travailler le plus tard possible est bien entendu une solution, mais ce qui compte avant tout n’est pas tant de continuer à travailler mais plutôt de se sentir utile. Et il y a mille et une pistes pour cela : s’occuper de ses petits-enfants, avoir une vie associative, s’engager auprès des autres, rester en lien avec des personnalités positives et lumineuses. Plus on vieillit, plus on se sent prêt à vivre. Commence alors une autre aventure, la plus belle, celle de notre voyage intérieur. »

*« Automnes. Plus je vieillis plus je me sens prête à vivre » de Christine Jordis, Albin Michel, 284 p., 19,50 €.

POUR ALLER PLUS LOIN

Exercices pratiques

Savourez votre retraite en prenant le temps de remettre votre vie en perspective, de trouver un nouveau rythme et de faire de nouveaux projets !

« Etre un retraité heureux » d’Elisabeth Couzon et Françoise Dorn, ESF Editeur, 64 p., 7,95 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *