AIMER UN HOMME PLUS JEUNE QUE SOI

AIMER UN HOMME PLUS JEUNE QUE SOI

A commencer par notre Première dame, les exemples de femmes célèbres en couple avec un homme plus jeune se multiplient. Est-ce un pas de plus vers l’égalité entre les sexes ? Force est de constater que cette situation n’est cependant pas toujours facile à gérer.

CELLES QUI MONTRENT LA VOIE

En France, des femmes ont déjà montré la voie qu’il s’agisse d’artistes comme Marguerite Yourcenar et Edith Piaf, ou plus proches de nous, Alice Dona qui forme un couple depuis bien longtemps avec Laurent Boyer et notre Première dame, Brigitte Macron mariée au Président de la République. Au-delà de ces images de magazines, il est exact que les exemples se multiplient, même si cela est plus courant aux Etats-Unis qu’en France.

UNE QUESTION D’ÉGALITÉ DES SEXES

Si nous vivions dans un monde égalitaire, la question ne se poserait même pas. En effet, il y a bien longtemps que les hommes épousent des femmes plus jeunes, avec lesquelles ils ont des enfants, y compris jusqu’à un âge très avancé. Rien d’extraordinaire à ce que les femmes adoptent un comportement identique après tout. Sauf que… Il n’en va pas de même. La première différence évidente et naturelle, du moins aujourd’hui, est que les femmes ne font pas des enfants ad vitam aeternam. Ce qui peut déjà poser une première question quant à l’en- vie de l’homme plus jeune d’avoir lui aussi des enfants s’il n’en a pas encore. C’est d’ailleurs le cas d’Emmanuel Macron qui a ouvert grand son cœur aux enfants et pe- tits-enfants de son épouse.

DES ÉCARTS SOUVENT MINIMES

Au-delà de cette question, déjà importante et pas toujours facile à résoudre, il n’y a en effet pas d’autre raison logique argumentée selon laquelle une femme ne peut séduire et vivre avec un partenaire plus jeune, voire beaucoup plus jeune. Pour l’instant, l’INSEE avance des chiffres modestes sur le phénomène en France : Si la conjointe est plus âgée dans un peu plus de 20% des unions, la plupart du temps cela ne porte que sur des écarts d’âge peu importants, voire minimes. Lorsque l’on passe au pourcentage d’unions avec au moins 8 ans d’écart, cela concerne un peu plus de 1% des couples où la femme est plus âgée, et 3% dans le cas contraire. Il est probable que les deux taux vont avoir tendance à se rapprocher dans le temps. Les couples avec une différence d’âge prononcée sont donc loin d’être majoritaires en termes statistiques.

DES PONCIFS QUI ONT LA VIE DURE

Mais c’est dans l’approche de l’acceptation sociologique ainsi que dans le ressenti psychologique que les différences se font sentir. Pour pouvoir mieux parler de ces femmes, il convient d’évoquer les poncifs que nous avons toutes entendus, et que nous sommes parfois même les premières à colporter. Lorsqu’il s’agit d’un homme plus âgé, les termes sont assez durs : « crise de la cinquantaine, andropause, démon de midi, vieux beau… » sont régulièrement dans la bouche de celles qui voient partir avec effarement leur compagnon pour se réfugier dans les bras d’une « bimbo », pour utiliser un terme relativement doux. En effet, si le phénomène des hommes âgés, plutôt riches ou célèbre, épousant de jeunes femmes n’est pas récent, il n’est pas non plus très bien accepté par les femmes. Tout comme les hommes ont un peu de mal à imaginer leur compagne s’en aller pour se faire câliner par des bras plus jeunes. Cela remet en cause effectivement leur âge, mais aussi leur virilité. La plupart d’entre eux préfère d’ailleurs ne même pas envisager l’éventualité de cette situation.

DES ACCUEILS DIFFÉRENTS

Si l’on aborde à présent cette question de l’autre côté : l’homme qui prend une femme beaucoup plus jeune est bien accueilli par ses copains. Parfois envié, mais le plus souvent respecté dans son choix, cela ne pose pas de problème philosophique sauf dans le cas de soirées entre couples où les écarts d’âge ne sont pas toujours faciles à concilier. Les réactions des co- pines vis-à-vis de celle qui fait le choix d’un homme très jeune sont identiques. Un peu d’envie face au beau gosse, mais sans que cela ne vienne bouleverser leur couple ou leur destin. A vrai dire, dans les deux cas, là encore, ce sont surtout les enfants qui ont du mal à accepter une situation de ce type, car l’image du père et de la mère se trouve soudainement brouillée en termes de génération. Les hommes et femmes sont donc très semblables dans leur réaction sur le sujet. Pourtant les femmes ont beau- coup plus de difficultés à assumer leur choix. Pourquoi ?

DES QUESTIONS À RÉSOUDRE

❙ L’ARGENT
Une femme de 50 ans et plus a la plu- part du temps déjà une vie derrière elle qui lui a permis d’accéder à un certain niveau de vie. Au début des liaisons de Madonna ou Demi Moore, les sous-entendus ont été clairs quant à leurs compagnons, qui tentaient par ce moyen d’accéder plus vite à une notoriété. Etre accusée d’être en compagnie d’un homme intéressé, en bref de se « faire avoir » est la première réaction contre laquelle il faut lutter pour l’évacuer afin d’aller plus loin. En effet, donner l’image d’une femme qui n’est aimée que par rapport à son statut ou sa fortune est particulièrement désobligeant. Il faut donc surmonter cette accusation, et être convaincue qu’elle est fausse avant d’aller plus loin, du moins si l’amour est présent. Car il s’agit parfois simplement d’une relation agréable, sans plus.

❙ LA MATERNITÉ
Autre point à régler lorsque l’on s’engage dans une relation avec un homme plus jeune qui n’a pas encore d’enfant : il convient d’envisager le fait qu’il en souhaitera peut-être. Mais dans ce cas, mieux vaut être prête à assumer rapidement une grossesse, car Dame Nature n’est pas toujours en mesure de répondre à la demande. Si cette éventualité n’est pas ou plus envisageable, il convient alors de parler à un moment ou à un autre du fait qu’aucun enfant ne viendra s’ajouter au couple, ou qu’une adoption peut être envisagée… La question doit être réglée si le couple veut durer.

❙ LES ENFANTS
La femme plus âgée a déjà souvent des enfants, qui réagissent quasiment toujours mal dans un premier temps à voir leur mère s’enticher d’un homme qui est plus proche d’eux en âge que de leur maman. Un phénomène tout à fait normal et qu’il faut accepter, même si cela ne signifie pas céder. Plusieurs images viennent en effet se réveiller dans ce cas : le problème du père, qui peut soudain être considéré comme une victime, le souci du sexe et de l’Œdipe en particulier chez les garçons, qui imaginent leur mère faire l’amour avec un de leurs copains, pour ne pas évoquer l’image de l’inceste. La plupart du temps, les adolescents et jeunes adultes sont gênés par cette situa- tion, ce qui influence bien entendu la mère et rend la situation du couple plus difficile ; la sérénité étant impos- sible une fois que les enfants sont aux alentours. Savoir ne pas imposer son nouveau partenaire est une possibilité qui donne le temps à chacun de se faire à cette situation. Les mois et les années prouveront en effet que la relation est profonde et durable, et de ce fait acceptable par tous.

UN TERME INSUPPORTABLE !

Le mot « cougar » régulièrement utilisé n’est pas le mieux choisi, car ce félin est un animal plutôt solitaire qui ne fréquente son partenaire que pour s’accoupler. Gageons donc que c’est un homme qui a trouvé cette définition !

LE PROBLÈME DU MIROIR

Les femmes qui témoignent de leur vie auprès d’un homme plus jeune sont en général très heureuses. Du moins jusqu’à un certain âge où cela se gâte, car leur image d’elle-même se détériore. Ce n’est en effet pas un hasard si le phénomène s’amplifie à notre époque où les femmes sont tou- jours très belles, y compris bien après cinquante ans. L’aspect esthétique du couple joue un rôle important pour notre sexe. Pourtant, les effets de la ménopause se manifestent forcément un jour ou l’autre. Pour certaines, rien de tragique. Mais pour d’autres, la majorité, cela se manifeste par des transformations évidentes. Des changements qui ne sautent pas aux yeux des hommes à vrai dire, mais qui concentrent toute notre attention lors de la rencontre avec un miroir, ou l’épreuve de la photo. Il n’y a pas que les premières rides charmantes au coin des yeux, il y a aussi celles que l’on n’aime pas. L’ovale du visage se brouille, les kilos ont tendance à s’installer plus facilement, les bras à se relâcher…

UNE PERTE DE CONFIANCE EN SOI

Inutile de faire un tableau com- plet que les plus de cinquante ans connaissent déjà. C’est donc le moment où le couple risque de sombrer, non pas de la faute du partenaire plus jeune, mais aussi et surtout de par l’attitude de la femme qui voit son image se transformer, se détériorer et des complexes nouveaux apparaître. Une nouvelle image se forme, plutôt mauvaise, qui provoque un malaise chez la femme, un manque de confiance en elle qui peut venir complètement miner la relation. C’est le moment où les femmes commencent à consulter en médecine ou en chirurgie esthétique, où elles doivent accomplir de nouveaux efforts pour continuer à se trouver séduisantes à leurs propres yeux. Un passage obligé le temps d’assumer une nouvelle étape de la vie et de remettre un peu d’ordre dans sa tête. Sauf qu’il arrive parfois que la situation soit vécue de façon trop cruelle pour que le couple surmonte cette épreuve…

DES FEMMES LIBRES, ACCOMPLIES & ÉPANOUIES

Il faut bien l’avouer, la personne amoureuse d’un homme plus jeune est la plupart du temps une femme accom- plie qui a su travailler sur son image et se connaît en profondeur. Entamer une relation de ce type est rarement préméditée d’après les témoignages. Le couple se crée de façon fortuite, comme pour la plupart des aventures amoureuses. Il n’y aucunement préméditation ou volonté de se faire remarquer. A vrai dire, la situation n’est pas vraiment souhaitée a priori, car elle pose en effet les questions évoquées précédemment, des soucis qui ne se posent pas lorsque le couple est de la même génération. Toutes les femmes se posent donc des questions dès que leur aventure avec un homme plus jeune se transforme en amour. Des questions auxquelles il convient de répondre afin de pouvoir assumer la situation en toute sérénité.

LA QUESTION DE LA SÉPARATION

Ce type de couples parvient à fonctionner de façon parfaitement équilibrée et heureuse. Pourtant, la plupart des femmes plus anonymes ont en tête la séparation possible une fois l’âge plus visible. Contrairement aux hommes qui projettent plutôt une séparation due à la mort lorsqu’ils sont plus âgés, les femmes pensent être abandonnées par rapport à une question physique de vieillissement. Ce complexe d’infériorité évident tend à provoquer de grands moments de doute chez certaines femmes ayant un compagnon plus jeune, doutes souvent mal vécus par ce dernier qui ne comprend pas cette attitude. Il s’agit en effet d’une projection de ses propres peurs sur le partenaire, le poussant implicitement à penser que cette relation est à durée limitée. Les femmes se lancent pourtant la plupart du temps dans l’aventure sans arrière-pensée, ni prévision pessimiste de l’avenir.

VIVRE L’INSTANT PRÉSENT

Après tout, un couple sur deux ou presque finit par se séparer. Si les études ne sont pas encore faites, gageons que la durée de vie de ces couples où la femme est l’aînée n’est pas plus courte que la moyenne. Une bonne confiance en soi permet en effet d’aller de l’avant et d’être pleinement heureuse. Et il est vrai que nous sommes plus à même de profiter de la vie et de l’instant présent avec la ma- turité de l’après cinquantaine. Cette prise de conscience du bonheur qu’il faut saisir constitue en réalité un gage de longévité de la relation.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *