Arthrose l’important, c’est de bouger !

Arthrose l’important, c’est de bouger !

La sédentarité est l’ennemie de l’arthrose. La pratique d’une activité physique modérée mais régulière va permettre d’entretenir la mobilité de l’articulation, et la préserver d’une aggravation de cette pathologie invalidante.

L’arthrose s’attaque toujours au cartilage des articulations. Son évolution est imprévisible et ses mécanismes demeurent largement méconnus. On ne peut la guérir, les seuls traitements existants sont symptomatiques. C’est tout particulièrement vrai pour l’arthrose du genou, assez répandue parmi les seniors. En France, par exemple, 30% des personnes de 65 à 75 ans en souffrent.

DES TRAITEMENTS EXISTENT

Les possibilités de traitement de l’arthrose ont considérablement augmenté au cours des dernières années. Même si l’état du cartilage endommagé ne peut pas être restauré, il existe actuellement beaucoup de solutions pour combattre la douleur et conserver la fonction des articulations de manière optimale. Ceci grâce aux médicaments, opérations chirurgicales et aux kinésithérapies. Mais aussi dans les domaines alternatifs les développements continuent d’évoluer.

DU REPOS, OUI MAIS…

Quand une articulation fait souffrir dès que l’on fait un effort, les douleurs incitent à réduire ses activités, à se mettre au repos… Mais le repos n’est bénéfique que s’il est mesuré. Quand l’arthrose est en poussée, alors que les douleurs s’intensifient et que l’articulation est chaude et gonflée, le repos est justifié. Mais attention ! Il s’agit du repos de l’articulation malade et non pas du corps entier !

DES MOUVEMENTS BÉNÉFIQUES

Dès que la poussée est terminée, même s’il reste des douleurs, il faut redevenir actif, quitte à « se forcer » un peu. En effet, les mouvements positivent l’activité des cellules du cartilage, améliorent sa nutrition, et accélère sa cicatrisation. Donc il faut bouger. Ainsi, par exemple, si vous souffrez d’arthrose du genou ou de la hanche marchez ou nagez… Par contre, il n’est pas bon de comprimer longtemps le cartilage par des stations debout prolongées.

MARCHE & NATATION AU PROGRAMME

L’activité physique régulière, même douce comme la marche ou la natation, est donc un élément indispensable de la prise en charge de l’arthrose, car elle agit sur les facteurs qui l’aggravent : obésité, inflammation systémique et manque de tonicité musculaire. Elle favorise, en outre, l’activité des chondrocytes responsables de l’entretien et du renouvellement du cartilage. L’activité physique reste donc aujourd’hui le seul traitement validé capable de ralen- tir l’évolution de la maladie.

ACTIVITÉ PHYSIQUE PRÉVENTIVE

Toutes les études sur les douleurs articu- laires soulignent l’importance de l’exercice physique pour la prévention de l’arthrose, en particulier l’arthrose du genou, la plus fréquente et la plus handicapante. En renforçant les muscles qui entourent les articulations (par exemple les quadriceps et les autres muscles des jambes pour le genou), on les protège et on les rend plus résistantes aux blessures et aux contraintes. Les personnes qui maintiennent une activité physique régulière sont donc moins sujettes à l’arthrose.

Bon à savoir

Le repos de l’articulation est souhaitable seulement en cas de poussée congestive de la maladie. A l’inverse, le maintien d’une activité physique régulière même au prix de quelques douleurs est bénéfique en l’absence de grosses douleurs.

Mettre au repos une articulation

Cela signifie réduire les contraintes. Par exemple, s’il s’agit de la hanche ou du genou, il faut éviter de prendre appui sur la jambe malade. Cela ne veut pas dire rester au lit ou dans un fauteuil, mais éventuellement prendre des cannes béquilles pour continuer à marcher.

Pour vaincre le surpoids

« 90 % des cas d’arthrose sont des personnes âgées de plus de 50 ans et/ou obèses. Et puisqu’on ne sait pas arrêter le vieillissement, il faut au moins éviter le surpoids » explique le Pr Jérémie Sellam, rhumatologue à l’hôpital Saint-Antoine à Paris, qui encourage donc à une activité physique régulière.

ÉVITER LES DÉGRADATIONS

Et même une fois que la maladie est déclarée et que les douleurs sont présentes, il est important d’être en mouvement. Plus on immobilise l’articulation, plus celle-ci se dégrade vite. En dehors des crises (lorsque les articulations sont très douloureuses et gonflées), il est donc fortement conseillé de bouger ! Il n’est jamais trop tard pour commencer la marche, le vélo, la gymnas- tique aquatique, le Pilates ou la natation…

LES BIENFAITS DE LA MARCHE

Une équipe de chercheurs américains, dirigée par Daniel K. White (Université de Boston), s’est ainsi intéressée aux effets de la marche chez les malades et les per- sonnes susceptibles de souffrir d’arthrose du genou (moyenne d’âge de 67 ans). Les résultats de l’étude viennent d’être publiés dans la revue Arthritis Care & Research. Ils ont constaté qu’en-dessous d’un nombre de pas quotidiens compris entre 3250 et 3700, la mobilité du malade déclinait à coup sûr. Pour chaque tranche de 1000 pas supplémentaires, le risque de perte d’autonomie à la marche était, en deux ans, diminué d’environ 16% à 18%. « Nos constatations semblent clairement indiquer que la marche contribue à la prévention de problèmes de mobilité chez les personnes souffrant d’arthrose du genou », résume Daniel K. White.

3000 À 6000 PAS PAR JOUR

« J’estime que nous devrions expliquer tous les bienfaits de la marche à nos patients souffrant d’arthrose du genou, explique-t- il. Nous devrions également les amener à mesurer leur activité physique à l’aide d’un podomètre. C’est là un geste finale- ment similaire au fait de se peser à l’aide d’une balance. Les malades qui débutent un programme de marche devraient tabler sur un minimum de 3000 pas par jour, et devraient tenter d’atteindre l’objectif des 6000 pas quotidiens. Au final, 3000 pas chaque jour, ce n’est pas si difficile. »

BOUGER EN DOUCEUR

L’exercice physique est le seul moyen de garder vos articulations souples et mo- biles. Il va vous permettre de vous muscler afin de soulager vos articulations et aussi de renforcer votre densité osseuse, ce qui est un plus lorsque l’on a de l’arthrose. Choisissez une activité qui vous permette de travailler en douceur. La pratique de la course à pied doit se faire en bonne intelligence et en dehors des phases inflammatoires. La piscine de votre quartier pour nager, un club pour découvrir le yoga ou le tai chi, une association de randonneurs ou de cyclistes… sont autant de lieux où vous trouverez l’activité qui vous correspondra. Soyez aussi sérieux et régulier dans votre pratique que vous l’êtes dans le suivi d’un traitement médicamenteux.

Conseil clé !

Il vaut mieux bouger une trentaine de minutes par jour que trois heures seulement le dimanche.

UNE AIDE AU QUOTIDIEN

Il existe également sur le marché des ap- pareils pour vous aider à soulager vos dou- leurs. Le Power Stepper est un dispositif médical de classe II qui convient aux per- sonnes souffrant de mauvaise circulation sanguine, de faiblesse musculaire, de diabète ou d’arthrose. Son action électrique (EMS) envoie des impulsions électriques au niveau des pieds et des mollets pour décontracter les muscles. Idéal pour stimuler votre circulation sanguine et augmenter l’oxygénation musculaire. Grâce à cette action les jambes deviennent plus légères et moins douloureuses (Stimulateur circulatoire Power Stepper de Terraillon, 249,99 €).

Quels sports pratiquer ?

Les sports les moins générateurs d’arthrose sont ceux qui n’im- pliquent pas de réceptions vio- lentes, ni de changements d’appui brutaux :

La natation

La course à pied

La randonnée sans dénivelé

La gymnastique douce

Le yoga

Le tai chi

Le Pilates

Le vélo

Quels sports éviter ?

Les sports de ballon collectifs

La danse

Le ski

Le tennis et le squash

Les sports de combat

UNE CLINIQUE À VOTRE SERVICE

Si vous ne vous en sortez pas avec l’activité physique et les traitements, la Clinique de l’Arthrose, Centre des Os et des Articulations de Paris, est un établissement spécialisé dans la prévention et le traitement médical de l’arthrose, la chirurgie de l’arthrose, la kinésithérapie et l’ostéopathie, la nutrition, le traitement de la douleur et toutes les pathologies du sport. Elle a été fondée par des spécialistes des pathologies ostéo-ar- ticulaires d’origine sportive, traumatique et dégénérative (clinique-arthrose.fr).

À LIRE

Face à la douleur physique, il est primordial de maintenir le corps en mouvement au moyen d’exercices ciblés qui stimule- ront les processus de guérison.

« Les exercices qui vous soignent » du Docteur Jean Drouin, Denis Pednault et Roberto Poirier, Médicis, 256 p., 23,90 €.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *