ANNY CORDY Une jongleuse d’émotions

500 anonymes et personnalités du monde du
spectacle étaient réunies à Cannes en septembre dernier, pour un dernier au revoir à
l’interprète de Tata Yoyo. D’opérettes en comédies
musicales, en passant par le rire, la chanson, le
théâtre, le cinéma et les téléfilms, l’infatigable fantaisiste, décédée à 92 ans, a fait preuve tout au long de
son immense carrière d’un grand perfectionnisme.
« Tu étais clown mais aussi une funambule sur le fil
de nos fragilités, une jongleuse d’émotions », a confié
lors de ses obsèques Claude Lemesle, parolier qui a écrit sur La Rafle du Vel d’Hiv
pour l’artiste, sur une musique de Gilbert Bécaud. n